Interview : Thierry Tiquet Peinture, peintre en bâtiment à Liège

Le par­cours qui se cache der­rière Thier­ry Tiquet, peintre en bâti­ment, et sa petite entre­prise fami­liale lié­geoise « Thier­ry Tiquet Pein­ture » ; c’est aus­si l’histoire de ses clients, de son amour du métier et de son envie de trans­mettre son savoir et son savoir-faire aux géné­ra­tions futures

Un apprentissage du métier de peintre en batiment « à l’ancienne »

« J’ai appris mon métier avec un ancien peintre de La Mai­son Lacroix (l’un des plus vieux maga­sins de pein­ture sur Liège) qui tra­vaillait encore « à l’ancienne » et connais­sait son métier sur le bout des doigts. Nous tra­vail­lions alors de concert, prin­ci­pa­le­ment chez des par­ti­cu­liers, et réa­li­sions des tra­vaux aus­si bien de pein­ture que de tapis­sage de papier-peint déco­ra­tif, de pré­pa­ra­tion des murs et d’enduisage des boi­se­ries ».

Pour Thier­ry Tiquet, ce n’est alors que le début de l’aventure. Alors qu’il tra­vaille tou­jours pour la socié­té de pein­ture, il décide de prendre un registre de com­merce et décroche son pre­mier gros chan­tier : la réno­va­tion de 35 chambres d’une mai­son de repos, suite à la construc­tion d’une exten­sion.

 

« 6 mois durant, j’ai tra­vaillé les week-ends et fins de jour­nées pour mener à bien ce pro­jet ! C’est aus­si ce qui m’a per­mis (lorsqu’1 an plus tard La Mai­son Lacroix a fer­mé) de me lan­cer à mon compte à titre prin­ci­pal. Une par­tie de la clien­tèle (qui était très satis­faite de mon tra­vail) m’a sui­vie, sou­hai­tant pour­suivre notre col­la­bo­ra­tion. À l’heure actuelle, cer­tains de ces clients sont tou­jours bien pré­sents. C’était très impor­tant pour moi d’assurer la conti­nui­té et de ne lais­ser sur­tout per­sonne en plan ! »

Du bouche-à-oreille et des clients fidèles

Sur la grande route de Beau­fays où Thier­ry Tiquet loue un appar­te­ment, sa camion­nette aux cou­leurs bigar­rées attire l’œil des pas­sants : « Grâce à cela, je me suis rapi­de­ment fait connaître sur la com­mune de Chaud­fon­taine, puis le tra­vail est arri­vé du bouche-à-oreille. »

Et sa clien­tèle, prin­ci­pa­le­ment consti­tuée de par­ti­cu­liers, Thier­ry Tiquet en prend par­ti­cu­liè­re­ment soin :

« Je n’ai jamais tra­vaillé pour de grosses entre­prises, j’ai tou­jours pré­fé­ré col­la­bo­rer avec des par­ti­cu­liers. Le bouche-à-oreille fait qu’ensuite, on reste en contact. Sou­vent, je vais réno­ver une pièce chez quelqu’un, puis il me rap­pelle quelques années plus tard pour en tra­vailler une autre. Pour moi, la fidé­li­sa­tion est pri­mor­diale. Un de mes meilleurs clients, un ascen­so­riste, me contacte d’ailleurs régu­liè­re­ment. »

La satisfaction d’un travail bien fait et le plaisir du client avant tout

Ce que Thier­ry Tiquet pré­fère dans son métier ? La diver­si­té mais sur­tout, voir ses clients satis­faits du tra­vail accom­pli.

« Dans mon métier, j’aime tout ! J’aime poser du par­quet la pre­mière semaine, puis faire un peu de tapis­sage et de pein­ture la seconde. Mais ce que j’apprécie par des­sus tout, c’est la satis­fac­tion du client et le plai­sir au moment de consta­ter qu’il a bien été conseillé. Par exemple, lorsqu’un client m’appelle sans avoir la moindre idée de ce qu’il vou­drait réa­li­ser, et qu’au terme de notre col­la­bo­ra­tion, il est plus qu’heureux du résul­tat final. Il n’y a pas plus belle recon­nais­sance pour moi ! »

Et pour y répondre au mieux, une seconde acti­vi­té a même été déve­lop­pée : « Sou­vent, on songe à la pose de store après la remise à neuf d’une pièce. J’ai donc déci­dé de lan­cer Panel Store, une seconde entre­prise active dans le conseil, la vente et l’installation de stores et rideaux, pour répondre à ce besoin récur­rent de mes clients. »

Une entreprise de peinture liégeoise résolument familiale

Thier­ry Tiquet Pein­ture, c’est aus­si une his­toire de famille : « J’ai pas mal de corps de métiers dans ma famille. Ain­si, si je vais peindre une cor­niche, j’ai un cou­vreur dont je connais la qua­li­té du tra­vail et en qui j’ai une entière confiance avec qui tra­vailler main dans la main. Je ne laisse jamais tom­ber un client, je trouve tou­jours une solu­tion pour lui ! »

Tout récem­ment, la com­pagne de Thier­ry Tiquet l’a rejoint dans l’aventure. Une touche fémi­nine bien­ve­nue pour la déco­ra­tion d’intérieur mais aus­si une asso­ciée hors-pair :

« Je tenais vrai­ment à ce que Thier­ry Tiquet Pein­ture reste une entre­prise fami­liale. J’ai donc récem­ment enga­gé ma femme qui m’assiste (en binôme) pour tout ce qui touche aux tra­vaux de pein­ture. Comme elle est très minu­tieuse et conscien­cieuse, c’est la garan­tie d’un tra­vail bien fait ! »

Et à lui de pour­suivre : « Dans la déco­ra­tion d’intérieur, pou­voir appor­ter une touche tant mas­cu­line que fémi­nine est un plus. La plu­part du temps, lorsque l’on fait choi­sir des teintes à un homme, sa femme lui dira ‘non, ce n’est pas ce que je veux’ ! Le mélange des deux goûts, des deux sen­si­bi­li­tés, apporte un plus à la déco­ra­tion (une sorte d’équilibre et d’harmonie) qui ne serait pas pos­sible autre­ment. »

Un regard tourné vers l’avenir

Et quid de la suite de l’aventure ?

« Je sou­hai­te­rai pou­voir for­mer à mon tour des per­sonnes comme j’ai été for­mé à l’époque et ain­si par­ta­ger mon savoir et mon savoir-faire aux géné­ra­tions futures. Comme je pré­fère refu­ser du tra­vail que d’engager de la main d’œuvre sur laquelle je ne suis pas cer­tain, cela me per­met­trait de faire évo­luer mon acti­vi­té avec des par­te­naires dont je suis proche, mais aus­si des col­la­bo­ra­teurs de confiance. »